SMART Structures et interfaces adaptatives intelligentes

Toutes nos études sont basées sur une modélisation électromécanique originale d'une structure élastique sur laquelle plusieurs éléments piézoélectriques sont collés. Elle permet, moyennant quelques hypothèses peut restrictives, de représenter l'état électrique d'un patch piézoélectrique par un couple de grandeurs globales :

  • la tension électrique V aux bornes du patch et
  • la charge électrique Q contenue dans les électrodes.

En se fondant sur la maximisation du facteur de couplage électromécanique modal pour plusieurs configurations du système, nous avons calculé les positions, surfaces et épaisseurs optimales de patchs piézoélectriques pour réduire les vibrations de structures. Nous avons traité le cas de structures simples de type poutre stratifiée, ou celui des structures industrielles à géométrie complexe comme des aubes de soufflante de moteur d'avion, en collaboration avec Snecma. Dans ce cas, aucune hypothèse n'a été formulée sur la géométrie de la structure élastique.

Les shunts les plus simples sont les shunts résistif (R) et résonant (RL), qui sont les équivalents électromécaniques de l'amortisseur de Lanchester (où l'on ajoute au système primaire un amortisseur visqueux, le plus souvent pour les systèmes tournants) et de l'amortisseur à masse accordée (ou amortisseur de Frahm, où l'on ajoute un système masse ressort au système primaire, accordé sur la résonance à atténuer).



Laboratoire de Mécanique des Structures et des Systèmes Couplés - LMSSC